Le passage des panoramas

Cuisine française classique

charcuteries fines d´Italie, des vins ... Racine est situé dans le passage le plus ancien de Paris.

Original, L. Messmer ?

Certes, l'homme est un personnage ; mais derrière l'image, au demeurant fort attachante, se cachent une extraordinaire ...

Luxe

Depuis le Palais Royal en remontant vers les Boulevard, on remonte par le Passage des Panoramas...
Le promeneur rencontre le Passage des Panoramas... dans l'enfilade duquel se succèdent les passages Jouffroy et Verdeau. Banquiers, hommes de lettres ou artistes des nombreux théâtre environnant appartenant à la "nouvelle race boulevardière"

Voici donc le Passage des Panoramasqui est un centre de la vie mondaine.

 

Insolite
Qui en énumérera les charmes, qui décrira les mille fantaisies de ses boutiques offesrtes à l'incurable flânerie parisienne ? Susse, le Papetier à la mode, siège à côté de la confiserie...

Anglais et Anglaise envahissent également les Salons...

Les Panoramas qui ont donné le nom au passage ont disparu en 1831. Dépassé par la tendance.Le quartier est à l'apogée de sa gloire et depuis l'acitivté du PAssage des Panoramas n'a pas faibli.

Cette vogue s'explique par le fait qu'il cumule plusieurs avantages contrairement à d'autres passages... Sa situation... certres moins brillants aujourd'hui que sous la Restauration ! Ceux-ci sont arpentés en semaine par des milliers d'employés du quartier et restent fréquenté le week-end et le soir par des promeneurs et des personnes venus dîner dans le secteur....

Les Panoramas sont aujourd'hui constitués aujour'dui de Six galeries. En plus du passage proprement dit, les autres branches, dessinées par Jean-Louis Grisart, datent de 1834, c'est à dire après le prolongement de la rue Vivienne... : il s'agit de la Galerie des variétés et de la Gaelrie Saint -Marc, encore décorées de miroires trompeurs sur leur véritables dimensions... Les Galerie Feydeau, Montmartre et de la Bourse demeurant des allées de raccordement à d'autres rues adjacentes du quartier permettant aux visiteur sde se perde dans le passage par la même occasion...

 

Saveurs

 

L'ensemble forme un rectangle formant un coeur d'îlot... Le Passage des Panoramas pour sa portion originelle, est l'un des premiers passages couverts Parisiens, il fut ouvert en 1799 entre deux rotondes où James Thayer projetait des Panormas, un spectacle alors révolutionnaire...
Il fallut bientôt ouvrir une seconde salle pour faire face au flot de spectateurs !!
C'est pour faciliter l'accès à ces salles que Thayer ouvrit un passage, bordé de luxueuses boutiques. l adopta le nom de des Deux Panoramas, dont la vogue ne se démentit pas jusqu'en 1831. Les rotondes furent alors démolies sans que le Passage ne perde ses dispositions d'origines et ses attraits.

C'est dans ce Passage des Panoramas que se fit en 1817 le premier essai de l'éclairage au gaz, inventé par Lebon...
Chaque boutique communique avec une pièce en étage perçée d'une fenêtre rectangulaire garnie de refend.

 

Sorties Certaines boutiques ont gardé leur boiserie et des éléments de pavage devant leur seuil.

On fait ici quelques emplettes de douceurs.... jetons un coup d'oeil aux chapeuax, regardons les orfèvres, chez le Gantier, du côté de la Parfumerie. N'oublions pas le plus somptueux des magasins de thés à l'époque. Laissons l'estaminet aux fumeurs et tournons vers l'éditeur de musique et de livres...

Le passage a su conserver son ambiance douce. La boutique du Graveur Stern a changé de Main ces jours-ci... Les cartes de visites y étaient depuis des lustres.
n trouve à l'heure actuelle de nombreux philatélistes...

Passage de Nana d'Emile Zola

Trois mois plus tard, un soir de Décembre, le Comte Muffat se promenait dans le passage des Panoramas. La soirée était très douce, une averse venait d'emplir le passage d'un flot de monde. Il y avait là une cohue, un défilé lent, resseré entre les boutiques. C'était sous les vitres blanchies de reflets, un violent éclirage, une coulée de clarté, des globes blancs, des lanternes rouges, des transparents bleus, des rampes de gaz, des montres et des éventails géants en traits de falmme, brulant en l'air; et le baiolage des étakages, l'or des bijoutiers, les cristaux des confiseurs, les soies clares des modistes, flambaient derrière la pureté des galces
, dans le coup de lumière crue des réflecteurs ;

 

Passons devant le bottier et le gantier, arrêtons-nous chez Susse, le papetier avoué par la mode. Le moyen de faire un choix, s'il n'est arrêté d'avance!

 

Voulez-vous des écrins mécaniques, de jolis souvenirs, des coffres, des écritoires, des pupitres à secrets, des boites pour les cartes de visit ?

 

Choisissez, Mesdames et si, par impossible, vos maris vous accompagnenet, tâchez qu'ils ne jettente pas les yeux sur ces grands portefeuille rouges, verts et noirs; s'il n'en faut pas davantage pour leur faire tourner la tête.

La boutique de M. Basin, orfèvre n'ayant rioen de remarquable, allons vite à la Mère de Famille, chez madame Mineur puis chez le gantier, puis au magasin du Mameluck, puis enfin à la Chaumière Allemande, où l'on vend à la fois des modes et de la parfumerie. Nous trouvons là un passage obscur qui conduit au théâtre des Variétés ;

 

laissons la modeste boutique de l'imperceptible marchand de lorgnettes, placé aux coins , et contemplons le beau magasin de thés, tenu par le Marquis, où le chocolat subit tant de métamorphoses; puis respirons l'odeur des truffes, d'un parfum ministériel qui s'exhalee de l'intéressante boutique de ce marchand de comestibles, le chevet des Panormas.

 

Mode

On distingue les passages orientés nord-sud sont concernés dans le quartier très à la mode qui s'étend du palais royal aux grands boulevards.

"De tous les passages qu'ont ouverts des spéculateurs adroits, il n'en est pas de plus fréquenté maintenant que le passage des Panoramas.

 

Création

Une heureuse exposition et la mode iont commencé la vogue dont il jouit ; le temps a fait lm reste. Aujourd'hui, ce joli passage est placé sous la protection du dieu qui préside au commerce.

Amusons-nous à le visiter : entrons dansce brillant bazar par le Boulevard Montmartre, et commençons par le côté gauche. A l'angle du Boulevard est kle Café Véron, dopnt tous les moments (particularité qu'il est bon d'observer) sont avoués par le goût. Les consommateurs sortent toujours satisfaits de ce beau café. Avant et après l'heure de la Bourse, un grand nombre de courtiers marrons, de haussiers, de boursiers garnissent les tables du café Véron ; ces messieurs déjeuner solidement, il est rare que l'éspérance n'ajoute pas un met ou deux à la carte.

 

Déco

 

Immédiatement aprè, est le magason de bonbons de la Duchesse de Courlande, où sont étalées des friandises de toute espèce; à toutes les époques, et particulièrement pendant les grands froids, de beaux fruits charment la vue : on remarque avec surprise, sous la même cloche de verre, des groseilles et des pêches, des cerises, des raisins, véritable prothée, le sucre y affecte toutes les formes et s'embellit des couleurs les plus vive. On entre là pour faire des emplettes de quelques douveurs; les marchandes sont attrayante, et l'on se surprend à leur en dire; chez tous les confiseurs, les dames de comptoir font assez volontiers cet échange. Plus loin l'acier brille de toutes parts; l'on en est jaloux: les agréables riens, qui ne sont que de ce métal précieux, paraissent pâles et ternes; que de futilités, de charmantes bagatelles! Les dames s'arrêtent là de préférence.

Passons devant le bottier et le gantier, arrêtons-nous chez Susse, le papetier avoué par la mode. Le moyen de faire un choix, s'il n'est arrêté d'avance! Voulez-vous des écrins mécaniques, de jolis souvenirs, des coffres, des écritoires, des pupitres à secrets, des boîtes pour les cartes de visit ? Choisissez, Mesdames et si, par impossible, vos maris vous accompagnenet, tâchez qu'ils ne jettente pas les yeux sur ces grands portefeuille rouges, verts et noirs; s'il n'en faut pas davantage pour leur faire tourner la tête.

Réclamez cet honneur, Mesdames, il vous appartient.

 

Méditation

Donnons un joli coup d'oeil aux chapeaux de paillle de Madame Lapostole et aux jolies personnes qui les vendent.

La boutique de M. Basin, orfèvre n'ayant rioen de remarquable, allons vite à la Mère de Fammille, chez madame Mineur puis chez le gantier, puis au magasin du Mameluck, puis enfin à la Chaumière Allemande, où l'on vend à la fois des modes et de la parfumerie. Nous trouvons là un passage obscur qui conduit au théâtre des Variétés ; laissons la modeste boutique de l'imperceptible marchand de lorgnettes, placé aux coins , et contemplons le beau magasin de thés, tenu par le Marquis, où le chocolat subit tant de métamorphoses; puis respirons l'odeur des truffes, d'un parfum ministériel qui s'exhalee de l'intéressante boutique de ce marchand de comestibles, le chevet des Panormas.

Après Marquis viennent un tailleur, une lingère puis un marchand de papiers peints. Adirons ses belles tentures et ses evants de cheminées représentant des sujets d'histoire ou des faits d'armes de nos guerriers.

Donnons un regard au dépôt des caféetière s Morice, de ce meuble ingénieux où l'on peut préparer le moka sans qu'il perde de son divin arôme.

 

Culture

Laissons l'Estaminet aux fumeurs, mais faisons une station chez Frère, éditeur et marchand de musique; voulez-èvous des amants, des amours , des beaux jours, des troubadours ? Ils sont ici en abondance. Nous touchons à l'endroit du passage où est placé le petit théâtre de M. Comte. Quel sont ces manants qui jouent d'une ma,ière si bruyante ? Paix ! Ce sont des artistes: le père noble est celui qui mord dans un gâteau;

Voici le marchand de tabac , puis le changeur. Voyez comme les passants jettente à l'imprviste des regard de convoitises sur ces petites sébiles pleines de pièces d'or. Passons outre, afin de ne pas subir le même supplice de Tantale. La véritable richesse est à côté, chez le libraire Nepveu.

Le passage se termine de ce côté par un bottier, un coiffeur et un tailleur. On peut sortir brillant de chez ces Messieurs, pourvu toutefois qu'on ne soit pas sans argent.

Nous avons visité avec détail toute la partie gauche du plus pittoresque des pasages de la capitale :revenons maintenant sur nos pas pour examiner le côté droit, qui a bien aussi son mérite.

Accordons un coup d'oeil àla première boutique, celle de M. Fabry, oprfèvre; ce magasin qui, naguère encore, était en retard d'un demi-siècle, est aujourd'"hui l'un des plus élégant du passage. Disons-le avec douleur le côté droit est ici (comme en certain autre lieu) singulièrement en arrière; l'autre côté l'emporte de beaucoup pour l'empressement, qu'il a mis à propager le nouveau mode d'éclairage. Aussi brille-t-il le soir de l'éclat le plus vif, tandis qu'un grand nombre de boutiques du côté rival, ,e sont éclairés que par l'huile de nos pères. Mais que vois-je ? Fermons vite les yeux, une boutique à louer dans ce brillant passage... Ah ! Voici deux magains de gants et de bretelles, tous deux sont à la hauteur de l'époque; il n'y a que du bien à en dire. Une réunion d'artistes était indispensable en ce lieu; j'aperçois leur établissement : des brosses, du cirage anglais, et la feuille du jour. Passons, ce magasin de bonbons n'a rien de remarquable mais la dame du comptoir est polie, et c'est quelque chose. Arrivons vite à la marchande d'oranges, et pour cela ne laissons tomber qu'un coup d'oeil au bottier, le tabletier et le chapeleir qui la précèdent. C'est que la marchande d'oranges est une statue assez jolie et toute mignonne, qui mériterait peut-être une partie des compliments qui lui sont quotidiennement adressés, s'il on parveniat à l'animer et donner quelque peu l'expression à ses traits. Ce n'est pas pour faire faire présent de la vie à ce charmant automate que prométhée a dérobé le feu du ciel.

Ensuite le bijoutier fixera un instant notre attention; mais nous passerons rapidement devant la lingère à l'huile pour arriver promptement au magasin d'albâtres, et nous ferons une halte chez le pâtissier Félix.

.

En coudoyanr un peu les anglais, en nous faisant jour à travers les µAnglaises qui semblent avoir fait là élection de domicile, nous pénétrons dans le petit salon de ce patissier célèbre : goûtons ses gâteaux et son vin; comptons ensuite, et n'oublions pas de remarquer que, pour l'argent que nous lui laissons, nous aurions pu faire un repas complet chez beaucoup de restaurateurs. Cependant le maître Félix n'est éclairé qu'avec de l'huile; est-ce que son four ne marcherait pas avec le sicèle ?

Attendons l'époque du jour de l'an pour visiter le confiseur dont l'enseigne assez bizarre figuer les armes de Werther.

Le magasin de plaqué d'argent a bien quelques droit à une mention.

 

C'est le secteur nouveau-riche des banques et des hommes d'affaires, où sont implantés également de nmbreux théâtre et puis ceux orientés est-ouest, plus roturière, se greffent sur la rue Saint-Denis, axe fort d'un paris industrieux et commercial.

 

Ce sont les passages les plus récent et les plus sobres...

 

Ici aux Panoramas, la Mode et le Luxe président...

  • splendeur
  • cafe
  • protection
  • intimité
  • romantisme
  • déco
  • nouveautés

Art Live Gallery

 

3 ans déjà... 
Samedi 17 octobre

A partir de 16h00, venez fêter avec nous le 3e anniversaire de LIVE GALLERY

Restaurant "Les Coulisses"

 

Restaurant
cuisine traditionnelle

Le restaurant offre une vue sur l'entrée des artistes du théatre des variétés,